loader image

Quand la mode et les parfums
sont fusionnés dans un nouveau langage esthétique..

1920, les années folles

En 1924 Paris, capitale des arts, de la littérature, de tout ce qui est élégant, danse le Charleston, s'initie au jazz et succombe aux charmes des Ballets russes. Le Casino de Paris, incendié par Mistinguett ; le champagne qui coulait tous les soirs ; le déhanchement sinueux de Joséphine Baker ; ces célébrations décomplexées et toutes les autres des « Années folles » ont contribué à lever le voile sur les atrocités et les absurdités de la Grande Guerre, alors que les Parisiens se sont mis à vivre à cent à l'heure pour rattraper le temps perdu . En réponse aux attentes d'une nouvelle génération d'écrivains, de musiciens et d'artistes, André Breton scandalise la société parisienne avec son Manifeste du surréalisme. Les femmes se sont débarrassées du poids des conventions du XIXe siècle pour se transformer en « clapets », avec la modernité et la sophistication comme nouveau credo.

Modes et parfums fusionnent dans un nouveau langage esthétique exclusivement destiné à la séduction. La femme moderne se coupe désormais les cheveux au carré, fume de longues cigarettes et exhale des nuages ​​de tabac de Virginie, conduit une voiture, balance ses jambes avec aisance en marchant, jette ses corsets et se maquille avec fierté : une vision iconique parfaitement incarnée par la la séduisante actrice Louise Brooks ou la peintre vampire Tamara de Lempicka.

C'est dans ce contexte bouillonnant qu'est née la saga des parfums Isabey qui, par leur excellence et leur créativité, vont marquer la parfumerie française. Une nouvelle parfumerie qui fait désormais face non seulement à de nouveaux défis esthétiques et industriels, mais aussi à de nouveaux sommets. par la palette olfactive offerte aux parfumeurs qui associent des matières premières naturelles à des huiles synthétiques.

Pierre Guerlain

Vice-Président du Jury de la Classe XXIII Parfumerie Exposition internationale des Arts décoratifs, Paris, 1925

Le fondateur

Le baron Henri James de Rothschild, descendant de la branche anglaise de l'illustre famille, était un brillant philanthrope, médecin et dramaturge, passionnément intéressé par l'œuvre de Pierre et Marie Curie, dont il parraina les recherches. Conscient du potentiel commercial du secteur en plein essor de la parfumerie de luxe, Henri James de Rothschild a compris que le parfum était un art de vivre spécifiquement français et exportable dans le monde entier. C'est avec le soutien de Rothschild que la Société Parisienne d'Essences Rares & de Parfums est fondée le 5 mars 1924, pour être immatriculée au registre du commerce de Paris le 1er avril 1924.

Isabey fait référence au peintre et miniaturiste français éponyme. Plusieurs de ses œuvres avaient été acquises par les Rothschild au cours du XIXe siècle. Un nom à la belle résonance, des parfums raffinés présentés dans des flacons et coffrets artistiques, voilà ce qu'il fallait à tout prix pour pouvoir participer à la tant attendue Exposition Internationale des Arts Décoratifs Modernes à Paris en avril 1925.

1925, Exposition d'art à Paris

Lors du Salon International des Arts Décoratifs de Paris, la toute jeune société Isabey présente six parfums créés en 15 mois : Le Lys Noir, La Route d'Emeraude, L'Ambre de Carthage, Cyprus Celtic, Sir Gallahad et Jasmin d'Isabey captent l'attention des élégantes visiteuses.
Intoxicating scents, artistic bottles and jewel-style boxes signed by Isabey are the subject of praise. T he magazines Fémina and L?Illustration convey the image of the fragrance house.

Le Collier d?Isabey

"Le Collier d'Isabey", un grand coffret de luxe en forme de demi-lune contenant six bouteilles Perle disposées comme un rang de perles. Le flacon joaillier Perle est l'oeuvre du maître verrier André Jollivet, qui perfectionne la technique de laque sur verre soufflé.
Ce chef-d'oeuvre a remporté une médaille d'or pour son originalité, une reconnaissance majeure du savoir-faire d'une maison de parfum encore à ses débuts.
This masterpiece won a gold medal for its originality, a major recognition for the skills of a perfume house that was still in its infancy.

Les années de succès

Forte de son succès auprès des clients, Isabey ouvre une boutique au 20 rue de la Paix, un grossiste et une boutique londonienne. Pour compléter ses parfums capiteux aux noms romantiques et évocateurs avec des packagings adaptés, Isabey a fait appel aux meilleurs praticiens français des arts décoratifs. Véritables ambassadeurs des parfums qu'ils contenaient, les flacons de cette époque affichent une créativité enivrante.

Parfums de Célébrités

Le phénomène des stars et égéries du monde du cinéma et du théâtre endossant les parfums n'est pas nouveau. Isabey s'associe à Parfum d'Yvonne Printemps et Parfum de Sacha Guitry, du nom de deux grandes stars de la scène parisienne. Natalina Cavalieri, dont la renommée et la beauté légendaire intéressent le monde des parfumeurs et des cosméticiens. En créant son Institut de Beauté, Lina Cavalieri signe sous licence avec Parfums Isabey une ligne de soins et son parfum Monna Lina, nom choisi en clin d'œil au célèbre portrait de Mona Lisa de Léonard de Vinci.

Les années Americaines

Dans les années 1930, les parfums Isabey se font plus discrets en Europe mais fabriquent de jolies fragrances notamment pour le marché américain : Tendres Nuits, Garden of Love ou encore Prends-moi. En 1932, Parfums Isabey est apporté par la Société Parisienne de Parfumeurs. La Maison doit fermer ses portes au début des années 40, en raison d'événements historiques.

Une histoire sans fin

Portée en 1999 par le groupe Panouge, la saga Isabey Paris, la mythique Maison de Parfum se poursuit aujourd'hui : Les lignes mythiques sont présentées dans l'un de ses intemporels passés flacon et coffret. Le flacon art-déco unique de Bleu de Chine et le coffret sophistiqué de Trésor Caché s'associent idéalement pour créer un design contemporain.